Psychologue ès (sans) régime ?

Publié le par Odile


Longtemps j'ai cherché ...



u  Si vous saviez depuis combien de temps je réfléchis à "plus tard" ... Un "plus tard" surtout professionnel, à vrai dire. Sur le plan personnel, bizarrement (?), je ne me suis jamais réellement inquiétée ni trop projetée (enfin ... ça se trouve, j'ai "oublié" ;-)).

u  Chercher, et surtout trouver quoi faire après le bac. Jusqu'en classe de 5e, j'étais loin de m'angoisser : je serais écrivain, il était clair qu'il ne pourrait en être autrement. D'ailleurs, les copains m'appelaient l'écrivain, et je trouvais que ça m'allait très bien. J'étais médusée par les mots, amoureuse. J'écrivais des histoires, dont certaines circulaient dans la classe ... et même au CDI du collège, pour l'une d'entre elles. J'étais fière !

u  Hélas, il faut bien un élément perturbateur, comme ils disent dans les analyses de récits. Dans mon cas, ce fut le professeur de français, en 5e il me semble. Cette femme me dit, apparemment sans méchanceté (mais le coup fut dur à encaisser) : "Ecrivain ? Tu ne crois tout de même pas que tu vas en vivre ?!". En substance, c'était ça, et son corollaire : "Sois raisonnable, choisis un vrai métier". La claque, pour la petite guillerette que j'étais.

u  Bref, je passe sur pas mal de choses. La remise en question. Les questionnements, soudain : "un autre métier ? impossible ... mais lequel alors ?". Les métiers envisagés (journaliste, éditeur, diététicienne ...). Jamais aussi satisfaisants que ma première idée. Tous abandonnés. La crainte de ne pas trouver métier à mon pied ...


Et je cherche encore ...


u  Quelques années plus tard, un an de droit dans le lot ... Je me retrouve en école de psychologie. Et ma foi, j'y suis bien. Petit temps d'adaptation, pour me demander "mais au fait, c'est quoi un psychologue ?" (c'est bien de se poser la question après ...) et "suis-je réellement faite pour ça ?". Maintenant, on pourrait croire que tout roule ? Dans l'ensemble, on va dire que oui ... mais ...

u  Mais il faut bien quelques nouveaux éléments perturbateurs, sinon on s'ennuierait, n'est-ce pas ?
Après la recherche du stage idéal, le prochain sur la liste n'est autre que le fameux "mémoire/thèse" de 4e et 5e années. Un joli projet de fin d'études, pour une belle soutenance, donnant lieu (ou non) au DESS de psychologue. Charmante perspective ? Peut-être ... encore faut-il tenir une bonne et solide idée de thème à aborder. Disposer de la population nécessaire pour la partie pratique du mémoire. Et puis, trouver une problématique un peu originale. Sinon quel intérêt ?

u  C'est là que mes plus grands questionnements interviennent. Bouillonnement de neurones (en reste-t-il beaucoup à présent ?) : que faire, que choisir, quel thème ? ahhhh !

u  J'ai songé aux personnes âgées, traiter d'un sujet les concernant. Des ateliers d'art thérapie, pourquoi pas avec les précédentes. Mais je ne sais pas, finalement. Parfois une idée me vient, je la note précieusement. J'essaie d'étudier sa faisabilité. Pour le moment, rien d'arrêté, je cherche encore ...


Mais je vais trouver !


u  C'est à la suite des suggestions de Gironde(lle) et Thulip que mon cerveau s'est remis à bouillonner. Toutes deux me parlaient d'un mémoire, ou d'une thèse (en l'occurrence, l'appellation est double dans mon école ;-p) abordant un sujet que je ne cesse de travailler pour mon intérêt personnel, et que je développe depuis quelque temps sur internet : les régimes, et tout ce qui s'y rapporte (rapport au corps, au poids, à l'alimentation ...).

u  Vaste sujet. J'y ai pensé aussi, mais j'ai écarté l'idée. Peur que cela me touche de trop près. Peur, aussi, d'aborder un sujet rebattu, "à la mode". Or s'il y a bien une chose que je déteste, c'est la mode. Alors en matière de psychologie, vous imaginez mon aversion.

u  Mais finalement, peut-être ... Je me donne le droit de changer d'avis, de revoir ma position. Je n'écarte rien définitivement. Et si c'était un bon sujet, quand même ?... Qu'il puisse me convenir. Que je puisse m'y pencher. Et trouver une orientation, un angle qui me satisfasse ... ?

u  Dites-moi ... je crois que j'attends vos conseils, vos suggestions, votre opinion ... Rien ne m'empêchera de changer d'avis, encore ;-p Mais peut-être aussi saurez-vous me suggérer une idée que je ne saurais laisser filer ...

")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"

Quoi qu'il en soit, je fourmille d'idées, et ne compte pas me cantonner à un seul et unique domaine d'investigations. Ne craignez donc pas de m'influencer à tout jamais ;-)

")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"(")"

Publié dans Etudes & co

Commenter cet article

mauvaise haleine au réveil 17/02/2015 19:36

Right now it looks like BlogEngine is the best blogging platform available right now. (from what I've read) Is that what you're using on your blog?

mauvaise haleine halitose 17/02/2015 19:36

Just want to say your article is as surprising. The clearness in your post is just cool and i could assume you're an expert on this subject. Fine with your permission allow me to grab your feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please continue the rewarding work.

Odile sans régime 29/10/2006 00:19

Titoune, je suis bien d'accord, "qui ne tente rien n'a rien" ... mais figure-toi que je n'ai pas renoncé à l'écriture ;-) Bon, devenir écrivain à plein temps ne fait pas partie de mes projets réalistes, ni forcément souhaités d'ailleurs ... Mais peut-être qu'un jour ... Pour le moment, j'écris quand j'en ai envie, je me laisse un peu porter, je participe à quelques ateliers d'écriture selon l'opportunité et afin d'écrire dans un certain cadre, de partager l'acte aussi ...

Titoune 27/10/2006 11:49

Et pourquoi pas écrivain finalement ? Parce qu'une prof t'a dit un jour qu'on ne pouvait pas en vivre ? Je suis assez d'accord pour faire des études pour avoir "une sortie de secours" au cas où ça ne marche pas et ne pas se retrouver sans bagage...Mais qui ne tente rien n'a rien n'est-ce pas ?Alors pourquoi ne pas tenter l'écriture ?

Odile 26/08/2006 13:30

Gironde, ta définition du psychologue, dans son attitude, dans son savoir-être, me parait tout à fait juste ;-) Je pense qu'il y a plein de définitions possibles, et qu'en plus d'une définition générale, chaque psychologue construit ensuite sa propre façon d'être psychologue ... Tout un programme !