Suite : mémoire/thèse + idée relaxante

Publié le par Odile


Petit retour / suite sur les deux sujets précédents : mon futur sujet de mémoire (à propos des régimes,
du poids ... ou pas ?), et les méthodes anti-stress (ou comment gérer son / mon stress autrement que par la nourriture) ... Tin tin tin ...

Quid du mémoire/thèse : Régime ou pas
régime ?

Tout d'abord, je vous remercie toutes pour vos suggestions :-) Elles m'ont permis de réfléchir encore un peu plus sur ce
que représentait pour moi ce futur mémoire, et sur ce qu'il allait engager ...


Il est certain que j'ai déjà beaucoup réfléchi sur le rapport au poids, l'abord des régimes, etc. Toutefois, je pense être encore trop concernée par le sujet. Je n'ai pas encore suffisamment de distance par rapport à mes propres problèmes pour me lancer dans une telle recherche.

Bien sûr, le sujet m'intéresse, et il n'est pas exclu que je m'y penche plus sérieusement d'ici quelques années. J'aimerais, avant cela, avoir acquis une certaine sérénité à l'égard de moi-même, de mon comportement alimentaire et de mon corps.

Il m'apparaît, pour le moment, que travailler sur le sujet serait trop délicat, car je serais trop sensible à ce que je pourrais découvrir. La démarche personnelle est déjà longue et semée d'embûches. Je crois que la rendre professionnelle serait trop compliqué à gérer.

Pour aborder le sujet aussi bien que possible, je crois qu'il me faut avoir progressé personnellement. Je pense avoir encore plusieurs étapes à franchir, des choses par lesquelles passer. Travail psychologique plus approfondi sur moi-même, travail plus concret sur mon corps, entre autres.

Je crois que le bon moment sera venu, lorsque je pourrai m'intéresser aux questions qui touchent les comportements alimentaires et les régimes (etc) sans me sentir directement concernée. Lorsque je parviendrai à envisager la chose sans penser que je cherche avant tout à me soigner moi-même. Pour cela, j'ai besoin d'aller au bout de ce travail sur moi-même, et de trouver l'équilibre que je cherche toujours ... Comme je ne suis pas trop pressée, comme j'accepte d'aller à mon rythme, le travail professionnel sur la question attendre ... et il suivra, naturellement ... ;-)


Des idées pour me relaxer ... et remplacer le remplissage alimentaire

Je pense que le chapitre est loin d'être clos. Chacun sa méthode, chacun ses idées. Et puis, selon les situations, selon les périodes de la vie aussi, tout cela est amené à se modifier. Chic ! (c'est mon grand-père qui dit ça ;-p)


En tout cas, j'ai songé à quelque chose, pour remplacer la "grande bouffe" quotidienne qui m'apporte plus de désagréments qu'autre chose.

J'ai regardé quels étaient les critères qui orientaient mon choix pour mon "remplissage" :

- L'achat : le plus souvent, c'est un achat immédiat, au supermarché du coin, ou à la boulangerie.
- La qualité : je réfléchis à ce qui me fait envie, je mange rarement "n'importe quoi", il faut que j'aime.
- La quantité : j'en veux beaucoup, plein de nourriture appétissante me ravit, sur le moment.

Bon, énoncer ça ainsi me donne un peu froid dans le dos. Mais si je veux progresser, il faut bien regarder les choses en face. Bref.

Forte de ce constat, j'ai réfléchi à ce que je pourrais faire, qui réponde à ces critères, sans qu'il s'agisse de me remplir de nourriture. J'ai trouvé une idée que j'envisage de tester. Ce serait du temporaire, et elle vaut ce qu'elle vaut. Mais si cela peut m'écarter des orgies alimentaires, ma santé a toutes les chances d'apprécier. Mon confort aussi. Voyez donc :

J'aime lire, et je regrette souvent de ne pas lire plus. Lorsque je lis, ce sont (trop) souvent des livres pour mes cours, intéressants mais qui ne correspondent pas toujours à mes envies.

Mes envies de lecture sont assez diverses, et changeantes selon les jours. Un jour, j'aurai très envie de lire un roman noir. Le lendemain, ce sera un magazine léger. Le surlendemain une nouvelle irlandaise.

Plutôt que d'engloutir une nourriture dont je n'ai physiquement pas besoin, je me propose de me remplir de lectures. Ce sera joindre l'utile à l'agréable, puisqu'en évitant la nourriture, je pourrai lire ce qui me fait envie (et dont je dis souvent "si seulement j'avais / je prenais le temps").


En outre, cela peut tout à fait répondre aux critères décortiqués plus haut :


- L'achat : je peux tout à fait acheter un magazine en rentrant du boulot. Ou un bouquin. Ou piocher dans ma bibliothèque, comme je pioche dans le placard à gâteaux.

- La qualité : comme pour la nourriture, je peux réfléchir à ce qui me fait envie, et choisir dans les rayons ce qui correspond à mon envie du moment ...

- La quantité : je peux choisir un bouquin énorme, ou plusieurs petits ... éventuellement (après, comme pour la nourriture, il y a une limite financière à laquelle il faut bien se plier).

Comme vous le voyez, ce n'est pas une méthode applicable des années entières. D'un point de vue financier, cela peut paraître difficile à tenir. Mais quand on y réfléchit, la nourriture coûte cher aussi ! L'argent mis dans les paquets de gâteaux peut tout à fait être transféré aux lectures.

Il va de soi que j'aimerais parvenir à un système plus souple. Et moins 'obsessionnel'. Parce que là, c'est encore du remplissage. Mais ça peut aussi m'aider à aborder ce remplissage différemment. Quand je lis, même vite, je peux avoir plus de recul que lorsque j'enfourne de la nourriture ...

Evidemment, me tourner vers la lecture comme présenté ici, ne correspond pas à une "simple" activité lecture telle que je pouvais me le proposer avant (et qui ne m'attirait en rien).
Ce système n'est susceptible de fonctionner que s'il m'apporte des satisfactions proches du remplissage de nourriture ... C'est pourquoi, je bannis d'emblée les sursauts de perfectionnisme.

Non, je ne tenterai pas de lire Proust. Ni le dernier numéro de Sciences Humaines que je peine à sortir de son emballage plastique ... Un jour, peut-être, mais pas comme activité "plaisir et détente" ! Et si j'ai envie de lire un magazine où on parle des grosses fesses de Mariah Carey, je le ferai ! Même si c'est nul, même si moi aussi j'ai de grosses fesses ;-p


PS1 : Pour que cette "routine magazine" (ou autre lecture !) soit un vrai moment relaxant, je prévois de l'accompagner d'un petit thé ou d'une infusion parfumée, à déguster tranquillement alanguie sur mon canapé ;-)

PS2 :
Sur les photos ... Casey (taille 42/44), Daisy (42/44), et Melissa (44), de l'agence Hughes Models (hughe beauty surtout ;-p)

Publié dans Sans régime !

Commenter cet article

définition halitose 16/02/2015 20:32

I was just seeking this information for a while. After six hours of continuous Googleing, at last I got it in your website. I wonder what's the lack of Google strategy that don't rank this type of informative websites in top of the list. Usually the top sites are full of garbage.

avoir une bonne haleine au reveil 16/02/2015 20:32

Thank you for another excellent article. Where else could anyone get that kind of info in such an ideal way of writing? I've a presentation next week, and I am on the look for such info.

Titoune 27/10/2006 13:04

Je peux te donner quelques-uns de mes "trucs", que j'utilise en alternance.Quand j'ai des fringales (c'est-à-dire, pour moi, des envies incontrôlables de chocolat, ou autre aliment sucré ou gras qu'il ne "faut" pas manger, bien sûr !!!), parfois si j'attends un peu, 1/2h, l'envie devient contrôlable et je peux m'en passer.Si j'ai une envie de quantité, je me fais une énorme salade, à base de salade verte (beaucoup beaucoup), tomates et concombres. Après je rajoute des aliments en moindre quantité mais que j'aime : maïs, fromage, oeuf, knacki etc. (oui, ça paraît triste mais je peux me "goinfrer" sans culpabiliser, et en plus je trouve ça très bon).Et ce qui en ce moment marche bien pour moi, c'est de me dire "je peux ne pas manger ce gateau au chocolat" plutôt que "je ne dois pas le manger". C'est vachement plus valorisant.

Odile 06/09/2006 20:26

Camille, je suis contente que tu sois revenue et en profites pour parler de ce que tu vis toi-même ! Loin de m'ennuyer, je trouve cela tout à fait intéressant, et je serais heureuse que tu puisses t'exprimer ainsi aussi souvent que tu en as envie :-) Le fait que ce soit "mon" blog ne signifie pas que je sois la seule autorisée à m'y exprimer, bien au contraire ! :-) Et j'apprécie beaucoup de lire différents témoignages, de voir comment chacun vit les choses de son côté, et de pouvoir en discuter avec vous toutes ici !Pour le rameur, ce n'est pas du tout la peur d'être trop musclée qui m'a fait hésiter à reprendre mon quart d'heure quotidien (je n'ai toujours pas repris ;-p). En fait, c'est la peur que cela devienne obsessionnel, et que je le fasse surtout pour mincir ... J'ai déjà vécu cela, et je ne souhaite pas retrouver cet état instable ... Cela dit, je ne peux que reconnaître le bien que cela m'a fait au quotidien, et combien ce petit moment de sport m'a permis d'évacuer les tensions au jour le jour ...Pour le moment, je pense que c'est de relaxation dont j'ai surtout besoin, mais je n'exclue pas de reprendre le rameur. Je voudrais seulement m'assurer que je le fais pour les "bonnes" raisons, et donc pas dans le but de mincir ... ;-)À très bientôt !

camille 05/09/2006 19:44

ps :  juste pour rajouter un petit truc, faut vraiment essayer de faire du rameur de nouveau, ou alors un peu de sport, ca fait vmt du bien, meme moi qui ne suis pas non plus une adepte,  je reconnais les bienfaits. Et malgré l'aïkido que je pratique et la course a pied, je ne suis pas miss muscle ( je suis musclée mais ce ne sont pas des muscles saillants ). Donc si c'est la peur d'etre trop musclée, no stress ! Chez une fille, les muscles sont bcp moins développés que chez les garcons ( c normal ). Je ne sais pas si c cette peur qui t'empeche de faire du sport, mais si c celle la, il faut l'oublier ^^ ! Et sinon, ca peut aussi etre parce qu'on a pas envie, mais dans ce cas, c'est nécessaire de se forcer un peu !! Et oui...