Fumeurs en péril ou Le retour du papier d'arménie

Publié le par Odile


... Âmes de fumeurs sensibles, s'abstenir ...



Qui dit retour, dit première arrivée, un beau jour ...

Il n'est pas nécessaire de remonter si loin en arrière. C'était à l'époque de ma première année de supérieur, il y a 4 ans (ah si, quand même !).

Comme si disposer de locaux d'allure "pré-fabriqué" en nous reléguant au fin fond de la campagne (bon d'accord, c'était à 1mn30 du RER ... mais tout de même ... en zone 3 !) ne suffisait pas - on avait d'ailleurs eu droit à un article dans Le Parisien pour dénoncer nos conditions de travail dans l'amphi principal : moufles en hiver à cause des fenêtres cassées et du chauffage défaillant, eh oui, c'était presque la Russie !) ...

Je disais donc (avant d'être interrompue par moi-même, comme aurait dit Desproges - mais non je ne justifie pas ma digression en digressant à nouveau !) ... comme si ces conditions déplorables ne suffisaient pas, il avait en plus fallu qu'on écope de fumeurs irrespectueux !

Oh je ne dis pas que les non-fumeurs étaient mieux. Mais en fait si : eux, au moins, ne fumaient pas. Sur ce point, ils étaient imbattables mes amis les non-fumeurs. Comme certains sont les amis des bêtes (pas moi, je préfère les idiots), je suis l'amie des non-fumeurs. Dans l'esprit, évidemment. Après faut voir, en grattant la nicotine on trouve quelques perles, de même qu'en grattant les poumons sains on trouve des scarabés !

Mais donc (à nouveau) ! Le vrai problème des fumeurs n'était pas tant le fait qu'ils fumaient, mais l'endroit où ils fumaient. Je devrais plutôt dire les endroits, et même les lieux, c'est plus mélodieux. Figurez-vous qu'on en trouvait jusque dans les couloirs de la fac, oui Mesdames, oui Mesdemoiselles, oui Messieurs (et oui Mesdamoiseaux, pour quelqu'un qui se serait reconnu si toutefois il avait eu connaissance de l'existence de ce blog - mais passons, et ne digressons plus).

Certains, donc et redonc, fumaient jusque dans les couloirs. Je préciserai même : devant les salles de TD ! Et scoop des scoops : les chargés de TD n'étaient pas en reste, les profs non plus d'ailleurs !  À l'époque, j'étais encore moins résignée que maintenant (le grand âge, que voulez-vous ... déjà 22 ans !), et je trouvais honteux que des représentants de l'Autorité, du Savoir, se permettent de braver les règles les plus élémentaires. Je n'hésitais donc pas, régulièrement, à lancer quelque réflexion acide sur "ces fumeurs odieux" chaque fois qu'un représentant de cette étrange mais pas toujours antipathique espèce passait nonchalamment, clope à la main, sous mon nez ! Mais rien n'y faisait.

Alors je suis passée à l'action ! Rien de tel ! Et c'est là qu'intervient le papier d'arménie ! Ce cher papier, que je détestais à l'époque où mon père en faisait brûler dans les toilettes ... est devenu mon meilleur ami ! Dans mon cerveau diabolique s'est monté un plan machiavélique.

Achats du papier adéquat et du briquet indispensable ... Et me voilà revenue à la fac ! Mon attitude était simple et redoutable à la fois : dès que je sentais l'odeur de tabac me chatouiller désagréablement les narines, des connexions synaptiques s'établissaient immédiatement dans mon cerveau, et tel le chien de Pavlov qui illustra merveilleusement le phénomène stimulus-réponse en son temps, ma main droite attrapait la petite poche de mon sac à dos où je rangeais précieusement mes feuilles de papier et mon briquet. Quelques secondes plus tard, mes doigts pliaient (en accordéon) une bandelette de papier ... qui s'embrasait lentement (mais sûrement !) l'instant d'après ...

Selon les circonstances, mon état d'esprit plutôt calme ou agacé, je restais calmement sur place en laissant le papier se consumer, ou me livrais à une danse façon orientale avec le papier enflammé pour accompagner mes mouvements de bras et de mains ondulant ... Un spectacle étonnant, à coup sûr ! J'ai d'ailleurs le net souvenir de ma chargée de TD de droit civil, qui s'était étonnée à voix haute de l'odeur étrange qui se répandait soudainement dans l'atmosphère : "mais, mais ... on dirait de l'encens !". Et m'apercevant en train de livrer la danse sus-citée, elle hocha la tête, un peu gênée, lorsque je lui déclarai avec un large sourire "non, c'est du papier d'arménie pour contrer la fumée des fumeurs !"

J'ai poursuivi cette habitude en 1ère année de psychologie. Puis je me suis calmée. Cela me revenait trop cher en papier d'arménie ;-) Je suis tout de même restée dans les mémoires de certains (certains, c'est déjà pas mal) pour mes numéros plutôt loufoques, assez à mon image de l'époque.

Et à ceux qui me reprochaient de diffuser un parfum peu agréable, je rétorquais que, moi aussi, je fumais ! J'étais fumée du cerveau, et il fallait peut-être y voir un lien avec mon tabagisme passif ... Ayant constaté que les fumeurs récalcitrants étaient nombreux dans mes alentours, j'ai pris une décision de la plus haute importance : Papier d'arménie, me re-voici !

Publié dans Exaspérations

Commenter cet article

chat mauvaise haleine 19/02/2015 17:41

Hello there, I found your website by means of Google while looking for a related matter, your web site came up, it appears to be like good. I've bookmarked it in my google bookmarks.

medicament contre le psoriasis 19/02/2015 17:41

Hello There. I found your blog using msn. This is a very well written article. I'll make sure to bookmark it and come back to read more of your useful information. Thanks for the post. I will definitely comeback.

Fruit 19/10/2006 16:01

Tu sais ce que je pense du sujet... Que c'est avant tout une question de politesse et non de loi. Une question de bon sens. Mais je suis utopique n'est ce pas ?Il m'arrive de fumer, de temps en temps mais je prends bien soin d'être dans un lieu aéré, et de ne gêner personne. En même temps, un paquet me dure des semaines...Chez moi, on fume à la fenêtre (la tête dehors quoi) ou carrément dehors mais pas dedans...ça pue trop !Comme toi, je suis une adepte du papier d'arménie, une véritable addiction....

Odile sans régime 17/10/2006 22:20

Eva, je crois qu'il faut savoir s'imposer, enfin disons plutôt qu'il faut savoir faire respecter la liberté de chacun, un cadre agréable pour tous. Mais avec la cigarette, le problème c'est qu'on ne peut pas laisser une liberté égale à chacun, car dans ce cas, ceux qui n'ont rien demandé sont lésés (tant symboliquement que physiquement, d'ailleurs).Quand il est question de santé, et donc que l'on touche de près à l'intégrité physique de la personne, à la question de la vie et de la mort, je crois qu'on ne peut pas être laxiste ou je-m'en-foutiste à ce niveau ...Hélas, il est encore très fréquent de se faire engueuler et culpabiliser par certains fumeurs qui ne voient pas pourquoi ils se priveraient de leur liberté (sans penser une seconde qu'ils entravent celle toute légitime des gens souhaitant respirer aussi sainement que possible ...)Daenaria, je te remercie d'exposer tes idées avec calme (j'avais peur de me faire incendier par certains fumeurs, mais comme tu le dis, la question de l'éducation est primordiale ... donc pas de problème avec des gens comme toi).Evidemment, il y a des fumeurs respectueux, et heureusement :-) L'éducation, le respect de l'autre (qui découle souvent de la première) sont essentiels, tu fais bien de le mentionner ... Hélas on retient souvent les mauvais côtés de choses, en l'occurrence les fumeurs irrespectueux, le plus souvent provocateurs, dédaigneux et agressifs (oui tout ça), qui sévissent tout de même en grand nombre, et se révèlent même parfois chez des personnes que l'on croyait charmantes jusque là (et qui le sont d'ailleurs, dans d'autres domaines ... - c'est là que je me demande si fumer ne grille pas quelques neurones - bon ok j'exagère ;-))Princesse Strudel : moi aussi ! comme j'aimerais une discothèque non-fumeurs ! Ils ont beau dire, dans le métier, qu'ils perdraient plein de clients ... je peux leur certifier qu'ils en gagneraient bon nombre, moi en tout cas ! Mais quand on risque de se faire cramer les fesses par des cigarettes dans un espace déjà restreint .... trop c'est trop !Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, et c'est bien dommage mais pourtant réel : on passe très souvent pour des emmerdeurs, en tant que non-fumeur, quand on ose l'ouvrir ... Même quand on fait une remarque polie, sans une once d'agressivité dans la voix, c'est comme si on attaquait avec une arme gros calibre ! 'est surtout ça que je trouve déplorable, en plus de notre liberté bafouée de non-fumeurs (non parce qu'ils sont sympas les fumeurs extrémistes quand ils disent qu'on veut les priver de leur liberté, mais en tant que non-fumeurs ça fait des années qu'on nous en prive, et sans que ça semble poser de problème aux premièrement cités ...) !

Princesse Strudel 17/10/2006 10:25

Il me semble que pour moi aussi à la fac les gens fumaient dans les couloirs. Je suis une ayatollah de la clope, moi, et je cris bravo quand les gouvernements interdisent la cigarette dans tous les lieux publics. Je rêve d'une discothèque non fumeuse, je vais de temps en temps au Starbucks malgré les prix prohibitfs et mon amour des petits cafés viennois juste pour le plaisir de respirer, et j'éprouve de violentes envies de faire avaler leur mégot à ceux qui allument une clope à l'arrêt du bus et te crachent leur fumée dans le nez. Tu protestes /t'éloignes / te d´tourne? Ben tu es une emmerdeuse, parce que "merde on est en plein air". Ouais, mais ne plein air ou pas, ca pue et je trnique, mno chuo. Je confirme, je suis une mmerdeuse, mais mon droit à ne pas avoir le cancer vaut bien le droit d'un fumeur à téter sa nicotine. :+)