Etre moche et se sentir belle

Publié le par Odile


C
omment je suis versus Comment je me vois / je me sens / je m'imagine ...
La différence est-elle si importante ?


Je me faisais cette réflexion dimanche ou lundi soir, en regardant des photos du week-end: Mon dieu, c'est moi sur la photo, je suis si rouge, si boutonneuse, si bizarre ? Bon d'accord, tout le monde n'est pas photogénique, mais quand même ! ce n'est pas comme ça que je me voyais !

J'étais énervée, déçue, triste aussi, un peu ... Encore que, je m'y fais, à cette surprise. Du moins, j'ai l'impression de m'y faire, mais chaque fois, je réalise que non, décidément je n'imprime pas clairement la tête que j'ai, je ne me vois pas telle que je suis ... Et ça me fait le coup à chaque fois, ou presque.

C'est la même chose dans les cabines d'essayage : je rentre dans la cabine pleine d'espoir, et dans certains cas, je suis horrifiée par l'image que me reflète le miroir. D'accord, j'exagère un peu, peut-être. En tout cas, je suis prise d'effroi quand je me deshabille : ces cuisses épaisses, c'est à moi ? ces creux et ces bosses aussi ? ça me colle le cafard parfois, alors je sors vite de la cabine, ou je fais en sorte de ne pas me torturer plus longtemps : j'évite la glace.

En même temps, comment suis-je réellement ? Je veux dire, qui peut dire à quoi je ressemble exactement ? Objectivement, ça ne donnerait pas grand chose d'extasiant ... Mais a-t-on réellement besoin d'objectivité, quand il est question de corps. Surtout de corps-plaisir, de corps-désir, de corps-bien-être ?

La glace renvoit sans doute ce que je suis objectivement (avec ses éclairages plus ou moins subtils ou cruels, on le sait bien) ... mais elle ne m'informe pas de ce que je suis subjectivement, pour moi d'abord, pour les autres ensuite.

Quand je vois un décalage entre ce que me montrent les photos ou le miroir, et la façon dont je me perçois, je pourrais me dire que, finalement, c'est bon signe que l'objectif me déplaise. Je ne suis pas belle objectivement, j'ai même plein de défauts qui, même s'ils me déplaisent, font partie de moi et avec lesquels je réussis à vivre. Et ça, quelques crèmes de beauté, plus de sport, une meilleure alimentation, un doigt de maquillage y peuvent sans doute quelque chose ... Mais le plus important n'est pas là ! Le plus important est déjà présent. Le plus important, c'est que je me sente bien, que je me perçoive comme plus jolie que je ne le suis sans doute. Cela me donne une force et une énergie dont j'ai bien besoin, et c'est sans doute ça qui transparait pour les autres, et que le miroir ou les photos ne montrent pas ...

En fait, je ne me crois pas belle. Mais au fond, j'ai le sentiment que j'ai ma spécificité, et que c'est une sorte d'atout. Une sorte de beauté qui m'est propre, en quelque sorte. Pas de la beauté indiscutable, mais plutôt du charme, comme dirait l'autre. Un truc sur lequel je n'arrive pas à mettre de mots, sans doute parce que je me trouve déjà assez prétentieuse d'écrire ça, mais aussi parce que c'est un ensemble de détails. Finalement, tout le monde a ça, tout le monde a ses petits trucs qui font sa spécificité, son charme. Mais tout le monde n'en a pas conscience, du coup tout le monde n'en ressent pas les bénéfices dans sa vie quotidienne, et dans l'estime de soi.

Le truc que je trouve quand même TRÈS positif concerne l'image que j'ai de mon corps, mon schéma corporel (pour parler en terme psy). En effet, on pourrait s'imaginer qu'après avoir maigri, regrossi, et tout cela un certain nombre de fois, je n'aie plus de conscience claire de mon corps tel qu'il est. Eh bien si ! Evidemment, je parle pour l'instant présent, car ces dernières années ont été pleines de zones troubles où je n'aurais pas pu tenir ce discours honnêtement. Mais à l'heure actuelle, ma chance est certainement d'avoir enfin compris la nécessité d'arrêter les régimes (quels qu'ils soient), et d'avoir redirigé mon attention sur mon corps, ma façon de le ressentir, ou devrais-je dire "de me ressentir". Prendre soin de moi (un peu plus, je ne dis pas que c'est parfait ...), ressentir, apprivoiser et apprécier mon corps par le biais de massages, par exemple. Je crois que ce qui m'a beaucoup aidée, c'est d'avoir accepté de passer de la pensée au corps, de l'intellectuel au ressenti ... Plus de calculs de calories ou de points fumeux, mais l'attention apportée à mon corps dans l'instant présent, le plaisir du ressenti.

Un événement qui m'a fait beaucoup de bien aussi ? Avoir rencontré celui avec qui mon corps dénudé est aimé comme il est ... Me sentir aimée dans ma globalité ... Relier corps et esprit (c'est difficile quand on a des troubles alimentaires ... et pourtant !) Prendre plaisir à être nue avec lui, et à ressentir ... C'est sans doute l'une des meilleures récompenses et applications pratiques savoureuses : être passée de l'amour intellectualisé à l'amour ressenti ... Entre autres ;-)

J'ai beaucoup bifurqué, je me suis baladée dans mes pensées .... Mais finalement, j'en reviens à mon idée : peu importe ce que je suis peut-être, l'important c'est maintenant, en ressenti, dans la vie et dans ma tête !


PS : J'en rajoute un chouia dans le titre hein, je ne suis pas le vilain petit canard qui se prend pour le cygne, n'exagérons rien ;-)

PS 2 : Ne pas parler de mon travail personnel en psychothérapie serait également éluder une partie des causes ... Ce n'est pas la seule, mais j'avance, et en m'allégeant de "poids" divers, il y a forcément des répercussions plus ou moins palpables, sur ma façon de me percevoir, par exemple ...

Publié dans Sans régime !

Commenter cet article

produit contre mauvaise haleine 15/02/2015 22:41

I truly appreciate this post. I've been looking everywhere for this! Thank goodness I found it on Bing. You have made my day! Thank you again

mauvaise haleine du matin 15/02/2015 22:41

Well I really enjoyed reading it. This subject offered by you is very constructive for good planning.

Odile sans régime 03/02/2007 22:14

Pomme, je suis bien d'accord, d'une part les "canons" ont leurs limites (et heureusement aussi ;-p), ensuite même si ça fait cliché c'est bien réel, ce que l'on dégage fait notre beauté ... Egalement d'accord (décidément !) que cela se travaille ... Bref, ce ne sont que des bonnes nouvelles, rien n'est perdu, tout reste à gagner, en somme ! ;-)

pomme 03/02/2007 09:51

Ah ! Ca aussi, comme beaucoup de choses, c'est un long chemin... (oui j'adore cette expression ;-)) Les canons de beauté qu'on nous impose ont aussi leurs limites, heureusement, et je crois qu'on peut arriver à se sentir jolie en-dehors d'eux, parce que la beauté, c'est surtout ce qu'on irradie. Ca parait cliché, mais je pense que c'est vrai : ça vient essentiellement de l'intérieur. Et ça se travaille...

Odile 02/02/2007 23:00

Gironde, oui je pense que tu as bien résumé la chose, on a chacun notre "vrai", c'est une jolie expression d'ailleurs, et cela se rapproche bien ce que je pense ;-)Concernant mes partiels, ils ne sont pas encore passés, mais ils ne vont pas tarder à commencer ! D'ici 3 semaines, ce sera fini ! D'ici là, il y a du boulot !KyoiChi, c'est très sympathique ton message, et n'hésite surtout pas à mettre ta graine, comme tu dis ;-) Oui, tu as bien vu, j'ai beau dire tout un tas de choses (pas forcément pertinentes d'ailleurs, mais c'est le reflet d'une pensée, d'un instant, parfois un peu confus-e), je reste relativement optimiste et heureuse de vivre ;-)