Détente, écriture, massages ... Allez mieux : ça progresse !

Publié le par Odile

Bonjour, aujourd'hui j'ai envie de faire un petit bilan. Bilan de "où j'en suis", surtout au regard de mon alimentation, de mon rapport à mon corps, de mon bien-être ...

Côté alimentation

Je ne peux pas vraiment dire qu'il y ait de changement, ni mieux ni pire. Disons quand même que ces dernières semaines, juste avant mes partiels et par habituation ensuite, j'ai exagéré mes exagérations (genre j'achetais des bonbons ou des biscuits sans réelle envie ... si c'est pas se tyranniser soi-même ça !). Maintenant, je me suis un peu calmée, si on peut dire ...

Je sais bien qu'il n'est pas bon de s'interdire formellement de manger tel aliment ... mais je crois aussi que j'ai pris le mauvais aspect des choses : je ne suis pas non plus obligée d'en abuser ! Or j'ai du mal à avoir la juste dose, et je m'achète souvent des biscuits avec l'idée de les faire durer ... alors que je sais pertinemment que je n'y arrive pas encore, et que je risque donc de m'enfiler la totalité à peine rentrée chez moi ...

Quand je fais preuve d'un peu plus de lucidité, je n'achète qu'un paquet à la fois, et c'est certainement ce que je devrais faire. Une bonne idée, que j'envisage de concrétiser, est de cuisiner mes propres desserts. Non que j'aie l'illusion d'en manger moins ainsi, mais je pense que le fait de cuisiner du sucré me ferait du bien, je ne saurais trop expliquer pourquoi, mais j'en ai l'intuition. À suivre, donc ...

Côté réflexion

Ah, ça c'est sans doute mon point faible : je réfléchis trop et pas assez à la fois ! Trop lorsqu'il faudrait plus me laisser aller, et pas assez lorsque je devrais prendre du recul et mettre des mots sur ce que je ressens au lieu de manger mes émotions ...

Cela dit, j'ai un fonds d'optimisme assez impressionnant, et j'ai aussi la chance d'avoir trouvé un psychologue et une nutritionniste avec lesquels je mène une réflexion et un cheminement intéressants, et porteurs.

Alors évidemment, il ne faut pas vouloir de recette magique, et que tout change dans la minute comme par miracle ... Mais je me sens sur une bonne voie (j'imagine qu'il en existe plusieurs, mais celle que je prends actuellement ne me parait pas trop mauvaise), et c'est bien là l'essentiel.

Bon, la nutritionniste, j'étais censée la revoir en janvier ... mais je n'ai toujours pas repris de rendez-vous ... J'ai été occupée avec les examens, mais je dois bien avouer aussi que je n'en ressentais pas le besoin, j'avais envie de souffler un peu de ce côté-là. À présent, je pense qu'il serait utile que j'y retourne, je pense avoir de la matière à apporter, pour justement que cela serve à quelque chose.

Côté "action"

Entre guillemets car vous pourriez me dire à juste titre qu'il s'agit encore un peu de réflexion. En effet, mais de réflexion portée sur le papier, et plus seulement de pensées fugitives dans ma tête, que je m'empresse d'oublier et qui pourtant font leur travail de sape ...

Deux idées concrètes me sont venues. Vendredi, chez le psy, j'ai eu envie de parler de l'écriture et de son importance dans ma vie. Tout un ensemble de choses font qu'aujourd'hui, mes bases, mes modèles vacillent un peu (voire beaucoup), et qu'il serait donc peut-être opportun de tenter un changement, d'introduire de nouvelles habitudes ...

1) En l'occurrence, il s'agirait d'écrire au lieu de manger en excès. J'avais déjà essayé, mais cela n'avait pas marché. Il faut dire que la nourriture est rudement efficace et que face à toute autre activité elle arrive souvent gagnante. Avec la nourriture, pas de déception, elle est toujours à disposition, apporte une satisfaction immédiate ...

Mais bon, j'ai le souvenir d'une période, certes peu heureuse, où j'étais malheureuse, et où je n'avais pas envie de me jeter sur la nourriture. J'avais besoin d'extérioriser ma peine, ma douleur, mes frustrations, et pour cela j'avais usé de toutes mes possibilités : écriture à n'en plus finir, avec émotions brutes ou avec sublimation (sous forme de poèmes), pratique du violon qui m'avait bien apaisée, et peinture ... Eh bien cela m'avait été d'une aide précieuse pour traverser cette période difficile (qui a duré de longs mois, quand même) ...

Alors je me dis, pourquoi ne pas tirer profit de mes capacités et utiliser mes goûts artistiques pour faire face à mes difficultés autrement qu'en atténuant les émotions négatives à coup de nourriture (surtout que cela ne résout pas le problème de façon durable, et qu'il faut donc recommencer, encore et encore ...).

Ecrire mes émotions, ne pas avoir peur d'exprimer ce qui m'attriste, me met en colère, ou même mes envies contrariées ! Après tout, c'est en les mettant en lumière que j'ai des chances de pouvoir leur apporter des solutions !

2) La deuxième idée, c'est de (re)faire la liste de tous les avantages que j'ai à trop manger. Car si je continue, c'est forcément que cela m'apporte des satisfactions, même si ce n'est pas de la meilleure façon et qu'elles s'accompagnent de conséquences fâcheuses. Je crois que je l'avais déjà fait à une époque, et j'avais fait émerger pas mal de raisons ! Les mettre en lumière, c'est aussi une manière de pouvoir y réfléchir, pourquoi pas les apporter comme matériel de discussion chez le psy, et me donner les moyens de répondre aux difficultés que je rencontre autrement qu'en mangeant.


Côté bien-être

Là, il y a tout un ensemble de choses ! Déjà, j'ai identifié le retour à la maison, le soir après une journée bien chargée, comme un moment hautement "dangereux" car tout le stress et la fatigue de la journée ne demandent qu'à être apaisés ! La case paquets de gâteaux et autres excès alimentaires semble fortement convoitée !... et bien souvent prise d'assaut !

La "solution" de faire du sport d'emblée, j'ai bien repéré que ce n'était pas pour moi. Le sport tous les jours dont j'avais fièrement parlé il y a quelque temps, c'était plus qu'un voeu pieux, ça tenait presque du masochisme !

Non, ce dont j'ai besoin, c'est de détente ! Le sport, d'accord, mais pas tout de suite ! J'ai besoin de me poser : me préparer un thé au rythme d'un air jazzy, en m'installant dans mon (faux) canapé ! Relâcher tous ces muscles crispés, sortir un magazine (sans article "-10kg avant le printemps"), un recueil de poèmes, un livre drôle ... Bref, détente ! Pourquoi pas un petit massage des pieds avec la crème Weleda spécialisée. Ou pschiit d'huiles essentielles relaxantes dans l'air. Ou ou ou ! Besoin de calme et de volupté !

Ensuite, je dis oui à la séance de rameur qui me détendra / dynamisera / raffermira (les bras, mais pas seulement) ! Je vous avoue, j'ai fait (là encore) une liste de tous les bienfaits que m'apporte une séance de rameur ... Eh bien je me demande encore pourquoi je ne m'y suis pas remise ! En fait je m'y remets ;-)

Et puis les massages le soir, et parfois le matin, encore et toujours, c'est tellement bon ! Je vous le dis : chez moi, le bien-être progresse, et je suis bien déterminée à le faire croître encore !

À suivre ...

Publié dans Sans régime !

Commenter cet article

lutter contre la mauvaise haleine du matin 18/02/2015 22:40

Magnificent website. A lot of helpful info here. I am sending it to some friends ans also sharing in delicious. And naturally, thank you on your effort!

anti mauvaise haleine 18/02/2015 22:40

Hey, I think your site might be having browser compatibility issues. When I look at your blog site in Safari, it looks fine but when opening in Internet Explorer, it has some overlapping. I just wanted to give you a quick heads up! Other then that, excellent blog!

Odile 01/04/2007 22:10

Mamido, je suis bien d'accord, le médecin m'a plutôt donné envie de prendre le contre-pied, malgré moi ... c'est vicieux comme système ! Cela dit soyons honnête, ce n'est pas l'instigateur de mon comportement alimentaire troublé. Mais il n'aide pas spécialement, c'est vrai.Kyoichi, je sais pas si je suis si optimiste que ça, ça dépend des moments ... Mais ça me fait toujours plaisir de l'entendre, car j'aime, autant que possible, voir les choses du meilleur côté :-)Fruit, j'espère arriver, comme toi un beau jour, à découvrir que mes manies du grignotage-remplissage en tous genres ont disparu, pour mon plus grand bonheur. Cela dit, j'ai l'impression que cet estompage n'aura rien du miracle, et que c'est petit à petit que j'avance, en m'en donnant les moyens, autant que possible ... En tout cas, pour le fait de cuisiner, je confirme. ça me fait du bien, et en ce moment je fais des trucs (un petit cake par-ci par-là) assez facilement, et avec plaisir :-)Eva, finalement chacun sa méthode pour se sentir bien, évacuer le stress ... Mais dans tous les cas, je suis bien d'accord, éviter au maximum le stress et les affreux stresseurs (qui nous gonflent, donc), c'est primordial ! ;-)rsylvie, je comprends bien, pas toujours facile de faire face à la méchanceté des autres ... ça se travaille, parfois un bon petit moment ... mais faut garder bon espoir d'en venir à bout, et de vivre aussi gaiment que possible en attendant que ça s'améliore, à force d'efforts peut-être :-)

rsylvie 20/03/2007 21:25

 stress = gonflement général...et comme je le dis sur mon blog.. je crois que la méchanceté des autres me fait grossir ! alors, j'essaie de passer outre. mais des fois... leur bétise, jalousie me rattrappent et je craque ! ma rivale est aussi ma balance. je crois que je vais opter pour le reflex de ne pas la questionner tous les 2 jours (les matins) !
merci pour tous tes messages qui me guident.

eva l'architecte 20/03/2007 14:48

Et bien...Quel recul!
 
Ce que j'ai trouvé de plus efficace, c'est mon velo et boire boire boire...et ne pas se peser.
 
Ahh, y'a aussi être heurese car j'ai noté à juste titre que stress = gonflement général...d'où l'expression : ils me gonflent!!!
 
:)