Gloire au rameur !

Publié le par Odile

Rien que ça ! Je tape fort ... mais pas spécialement original, me direz-vous ! ;-) ça, pour dire tout le bien que je pense du "rameur-mais-pas-trop", je suis plutôt forte, et je suis revenue à la charge un nombre de fois que je ne pourrais sans doute pas comptabiliser. Mais peu importe. Par contre, pour en faire ...

Mais l'important, c'est que j'aie envie de dire un truc ... et que je le dise. Enfin l'écrive, mais on se comprend n'est-ce pas ?

J'en viens donc au fait : le rameur, décidément, ça me plaît bien. Passons sur les aspects esthétiques, à propos desquels je reste réservée (encore que j'en aie vu de beaux : attendez un peu que je sois une psychologue de renom, mon premier achat ce sera un rameur super design - à faire trôner au milieu du salon, bien évidemment ! - et ça fait bien névrosé comme achat emblématique de la réussite, bref c'est parfait ! ;-p).

Oui donc, si ce n'est pas la beauté sculpturale du rameur qui me renverse, ses bienfaits à mon égards, en revanche, me sont plutôt agréables. Pour le détail des bienfaits, j'y viens dans un instant. En attendant, il va sans dire que les bienfaits ne viennent pas tout seuls. Il faut bien sûr, pour cela, que je me décide à enfourcher le rameur (mais enfourcher est-il seulement le bon terme ?), sinon je peux toujours attendre ... J'ai l'air idiote à énoncer cette évidence, mais en fait je le fais surtout pour moi : j'ai l'impression que mon inconscient n'a toujours pas intégré cette donnée, et continue à croire que le simple fait de regarder mon rameur chaque soir, reposant contre le mur, suffit à mon bien-être. Il y en a qu'on aurait envie de claquer certains jours ...

Bref, lorsque je réussis à trouver un compromis avec le sus-cité, et que je monte donc sur mon rameur, je réalise que je devrais le faire plus souvent. Le compromis, ce n'est pas seulement histoire de poursuivre un semblant de roman d'aventure avec l'inconscient pour héros (ça sent la pente savonneuse), mais surtout parce qu'il y a une part de vérité : si je me fixe 45mn de rameur d'emblée, vous pensez bien que cela ne réjouit personne (y compris les voisins, car je rappelle que c'est assez mal insonorisé chez moi). Si je me propose 15-20mn, c'est déjà plus recevable, et à tous points de vue.

Cet après-midi, par exemple, j'avais envie de faire du rameur. Outre les effets apaisants, stimulants, voire revigorants qu'une pratique modérée mais régulière peut avoir sur moi, ce qui m'intéresse sans doute le plus, c'est de pouvoir souffler (au propre, mais surtout au figuré).

Souffler, mais pas seulement : pendant 15 ou 20mn (j'ai parfois poussé la folie jusqu'à 30mn !), je ne fais rien d'autre que ramer, ce qui est assez agréable. C'est un moment qui n'appartient qu'à moi, où je ne peux ni discuter, ni regarder la télé, ni lire, ni manger, rien du tout. Quoique ... pas rien du tout. Car si cela me plaît vraiment, c'est justement que cela me permet une activité intellectuelle de qualité : penser, réfléchir, imaginer, rêver ...

En effet, j'ai remarqué, chaque fois sans exception, que ces moments consacrés au rameur étaient pour moi des vraies chances. Des instants différents, où ma pensée partait où elle voulait, le plus souvent dans des rêves d'avenir, plus ou moins proche. Souvent aussi, j'ai trouvé des solutions à des problèmes du quotidien. Une meilleure oxygénation du cerveau y fait peut-être quelque chose, mais je pense également que le fait d'être entièrement disponible m'a permis d'être plus effiace qu'en temps ordinaire, lorsque mille sollicitations rendent la tâche plus difficile ...

Trouver des solutions, mais aussi rêver, imaginer, trouver de nouvelles idées, approfondir mes envies. Je me souviens qu'il y a 4 ans (déjà ...), je fourmillais d'idées chaque fois que je ramais (chaque jour, donc). J'allais prendre ma douche tout de suite après, et je continuais à penser à tout ce qui m'était venu ... mais, bizarrement, c'était déjà nettement plus compliqué, beaucoup moins fluide. Comme si le seul endroit vraiment fécond pour mon imagination, c'était sur mon rameur.

Cet après-midi, je me suis prise à penser à ma vie future, un sujet finalement assez récurrent ... mais  pour lequel des images assez nettes me viennent spontanément lorsque je suis sur mon rameur. Je me voyais bien travaillant à mi-temps en tant que psychologue. Le reste du temps, j'écrivais. Des bouquins, des nouvelles, des histoires à dormir debout. J'écrivais, et j'exerçais, et cela me comblait.

E
videmment, ce n'était pas tout. J'avais une famille, un mari délicieux, lui aussi bien occupé, mais également bien passionné. On habitait une maison avec des fleurs et des arbres autour. J'avais mon atelier, mon bureau. Et même une autre pièce, où j'avais installé un rameur (tiens-donc) et un stepper super résistants, une télé à écran plat au mur (bizarre, sans doute pour regarder la télé en steppant ?), un grand canapé moelleux, une plante verte, et une douche dans un coin !

C'était une salle un peu spéciale, tamisée, où l'on pouvait faire du sport, puis prendre une douche juste après, et s'affaler dans le canapé pour regarder un reportage animalier ;-p À y réfléchir maintenant, j'ajouterais bien une piste de danse au milieu, voire sur tout le sol, pour "délirer" à loisir, en dansant bien sûr. Pour sûr, il faut une maison, et pas une petite, pour se payer le luxe d'une telle pièce ! Remarquez, je n'ai pas mentionné de jacuzzi, mais tant qu'on y est ... ;-)

Je crois que si j'avais ramé plus longtemps, j'aurais vu des enfants galopant dans le jardin ou dévalant les escaliers (ils se seraient pris trois baffes pour ça, d'ailleurs - tortionnaire avec ça), une salle de musique non loin de là, où j'aurais rejoint le mari en pleine répétition ... pour l'accompagner dans ses mélodies. Tant qu'à faire, on aurait associé les enfants à l'orchestre improvisé (non, pas comme symbales dont on aurait claqué les têtes, rassurez-vous) ... Et puis d'autres trucs du genre !

Non vraiment, j'ai besoin de ce rameur régulier ... pour continuer d'imaginer ce que je n'imagine pas aussi bien ailleurs, en images, sons, couleurs, et peut-être odeurs ...

Publié dans Sans régime !

Commenter cet article

chewing gum contre mauvaise haleine 24/02/2015 02:49

Undeniably believe that which you said. Your favorite reason appeared to be at the net the simplest factor to keep in mind of. I say to you, I definitely get annoyed even as folks think about worries that they plainly do not recognise about. You managed to hit the nail upon the top and also defined out the whole thing without having side effect , people can take a signal. Will likely be back to get more. Thanks

solution pour mauvaise haleine bouche 24/02/2015 02:49

Have you ever considered creating an e-book or guest authoring on other sites? I have a blog based on the same subjects you discuss and would really like to have you share some stories/information. I know my visitors would enjoy your work. If you're even remotely interested, feel free to send me an e-mail.

Odile 01/04/2007 22:01

À tous, merci d'être passés témoigner ;-) Du coup, c'est moi qui n'ai pas "ramé" depuis quelques jours ... j'attends d'en avoir un peu plus le temps, car là tout s'enchaîne, bientôt les vacances, mais d'ici-là ce n'est pas de tout repos ! Bises à tous, et bon sport, quel que soit le moyen, et selon l'envie :-)

eva 30/03/2007 14:15

 
Bon...moi j'ai décidé d'allier utile et agreable et je vais au bureau à vélo...Courbevoie/Levallois soit 15 Minutes à un bon rythme...du coup je fais 30 minutes par 5 jours soit...2h et demi de velo par semaine....ce qui me donne bonne conscience pour manger un ou deux petits chocolats de temps en temps... :)

Mamido 29/03/2007 12:19

ça y est, je m\\\'y suis remise, avec plaisir, un petit quart d\\\'heure avant-hier, 20 minutes hier, trente aujourd\\\'hui. Devant des clips vidéo, ça sera plus facile !
Merci Odile !