La zone de confort

Publié le par Odile

Il y a quelques semaines, quelques mois sans doute, une notion évoquée par Gérard Apfeldorfer a retenu mon attention : il était question d'une certaine "zone de confort".

La zone de confort, en gros, ce serait l'état dans lequel on se sent bien après avoir mangé : on prend son repas, on mange, et puis on s'arrête parce qu'on n'a plus faim et que l'on n'est pas encore "trop plein"...

Bref, on ressent un état agréable qui nous situe dans notre "zone de confort". Un état plaisant, un juste équilibre à mi-chemin entre le "pas assez mangé" et le "trop mangé", bref une sensation de justesse, et avant tout de confort !

Je le dis un peu comme je le pense, car je n'ai plus le souvenir des mots précis qui étaient employés. Mais cela a vraiment retenu mon attention. Je me suis dit que, décidément, il n'était pas question de se faire violence en se privant de ce qu'on aime, mais au contraire de laisser l'excédentaire sans peine, sans regret, sans frustration, puisque l'on se sent bien... Et que l'on sait que si on continue plus loin, si on engouffre quelques bouchées supplémentaires, on ne sera plus aussi "confortable", aussi à l'aise, aussi "bien".

Bien sûr, c'est censé se passer ainsi si l'on ne présente pas de trouble du comportement alimentaire. Dans le cas contraire, ça se corse. On peut tout à fait adhérer à cette notion de "zone de confort", mais cela reste le plus souvent de la compréhension et de l'acquiessement intellectuels, théoriques. Une fois qu'il s'agit de le mettre en pratique, cela devient soudainement compliqué, voire impossible... pour l'instant, en tout cas. Pour des raisons psychologiques variées qui ne nous permettent pas d'écouter et de respecter les signaux envoyés par notre corps.

Quoi qu'il en soit, rien n'est jamais désespéré, et c'est bien pour ça que je voulais vous parler de cette fameuse zone de confort. Je me dis que tôt ou tard, je vous en reparlerai avec sérénité... ;-)

Publié dans Sans régime !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

une haleine 16/02/2015 12:30

I keep listening to the newscast speak about receiving free online grant applications so I have been looking around for the top site to get one. Could you tell me please, where could i acquire some?

soigner le ronflement 16/02/2015 12:29

I do consider all of the concepts you have introduced for your post. They're very convincing and can definitely work. Nonetheless, the posts are very short for starters. May just you please prolong them a little from next time? Thanks for the post.

HélÚne 12/02/2008 21:14

Cette notion est intéressante, je ne la connaissais pas et ça me parle tout à fait.

Vertige 02/02/2008 17:37

En te lisant, je me dis que cette zone de confort est peut être plutôt une zone ou on est juste soi sans avoir faim ni être trop plein. On reste alors seuls avec ce que l'on est, soit son bien être et son équilibre mental ou son stress alimentaire. Il faut être bien pour être dans une zone de confort. Malheureusement, pour plusieurs d'entre nous, juste le fait d'être près de bouffe nous rends un peu mal. On est prises avec nos peurs, notre gras, nos obsessions. Alors on est pas dans cette zone de confort puisqu'on ne peut pas la ressentir. Alors on continue à manger pour combler notre faim émotionnelle ou taire notre stress alimentaire. Et plus on mange, plus on stress. Juste la trouver, cette fameuse zone, c'est parfois assez pour me stresser et me donner envie de manger plus. Je ne suis pas certaine d'être compréhensible, c'est un peu abstrait tout ça, alors je vais m'arrêter là... :oPBonne journée!Anick xx

Caro 01/02/2008 22:01

Tu sais pourqoui on n'y arrive pas bien ? A mon avis, c'est que sont encore encrées au plus profond de notre inconscient toutes ces histoires de "il va falloir que je maigrisse" "je vais devoir me serrer la ceinture". La peur de manquer est encore là, l'impression que cette bonne chose que l'on mange, on ne l'aura plus demain. Et parfois c'est vrai, on n'aura plus cette nourriture exacte. Mais il faut bien se dire qu'on en aura une autre, différente mais tout aussi bonne.